• La redazione

Coronavirus: le monstre qui a mis à genoux le monde entier


Le coronavirus est une maladie infectieuse qui a commencé à se diffuser depuis décembre 2019, à partir de la ville chinoise de Wuhan, pour ensuite se propager dans le monde entier.


À partir de janvier 2020, le gouvernement chinois a mis en œuvre des procédures de confinement, pour protéger le peuple, pour limiter la propagation du virus et pour prévenir la saturation des services de soins intensifs; mais il était trop tard. La maladie avait déjà commencé à avancer vers l’Europe, pour s’installer, en premier lieu, en Italie.

L'Italie a été le premier pays européen durement touché par le coronavirus. Son gouvernement a donc ordonné la fermeture des écoles et des universités, à partir du 1er mars 2020, pour ensuite proclamer l’arrêt complet des toutes les activités qui ne sont pas indispensables.

Jeudi 12 mars 2020, aussi le président français Macron, avec un discours en directe, a commandé la fermeture des crèches, des écoles, des collèges, des lycées et des universités dès lundi 16 mars.

Voilà la première mesure que tous les gouvernements ont appliqué pour faire face à cette urgence, parce que, selon les experts, les enfants et les jeunes sont ceux qui propagent le virus les plus rapidement, même si parfois ils ne manifestent pas des symptômes liés à la maladie.

Quelques jours plus tard, en imitant les restrictions imposées par les gouvernements chinois et italien, la majorité des Pays dans le monde entier, a décidé de mettre tout le territoire en isolement. Les personnes peuvent sortir de leur maison seulement si elles doivent aller au supermarché, à l’hôpital, ou au travail, si elles travaillent dans une industrie ou une infrastructure indispensable. Comme ça les déplacements sont réduits à ce qui est strictement nécessaire.

Il est très important que les États apprennent les uns des autres, pour contenir les effets du virus au niveau mondial, parce que cette pandémie aura des conséquences énormes dans tous les domaines.

En premier lieu le Coronavirus a causé une crise sanitaire, parce que les services de soins intensifs sont saturés, à cause des nombreux malades graves, les hôpitaux sont à l’effondrement, et il n’y a pas assez de masques, d’infirmiers et de docteurs, qui sont très souvent infectés par les patients.

Dans cette situation les gouvernements peuvent finalement comprendre qu’ils doivent commencer à dépenser plus d’argent pour la santé, plutôt que pour les armes ou les militaires, parce que, comme dit Bertrand Badie, le professeur d’ université à Sciences Po Paris, spécialiste de la mondialisation, une menace sanitaire ou une menace environnementale, qui sont souvent liées l’une à l’autre, sont plus déterminantes que les menaces militaires.

En fait, Macron a dit qu’il mettra en place toutes les mesures sanitaires et économiques nécessaires, quoi qu’il en coûte, pour sauver la France. Ce virage social de la politique de Macron est très important, parce qu’il représente le besoin de revendiquer l’humanité et de redécouvrir le social, dans un monde où le Néolibéralisme a toujours subordonné l’homme à l’économie. Toutefois en ce moment particulier on doit donner la priorité à l’urgence sanitaire et sociale, pour protéger le monde.

Mais maintenant, la crise économique aussi représente une vraie urgence, et elle est étroitement liée à la société, parce que des millions de personnes ne peuvent pas travailler en ce moment, et beaucoup de travailleurs où de salariés risquent des perdre leur travail ou de ne pas avoir assez d’argent pour acheter les produits essentiels.

Pour ces raisons plusieurs États, comme par exemple l’Italie, ont décidé d’aider les travailleurs en leur donnant des aides financières, comme des bons d’achat pour acheter de la nourriture.

Toutefois on a besoin d’une coordination supranationale pour résoudre cette crise, mais toutes ces mesures semblent être mis en œuvre de manière indépendante. Chaque État a pris les décisions en fonction de ce qu'ils croient être leurs propres intérêts.

L’UE a montré une incapacité d’organisation et de réaction à cette émergence. La bourse centrale, par exemple, n’a pas été capable de faire face à la crainte des marchés financiers, et ça est un gros problème parce que cela paralyse l’Europe. Au contraire on devrait refonder l’Union européenne, comme Macron dit, parce que « pour que moi, je gagne il faut que l’autre gagne».

Aujourd’hui, à cause de la globalisation, tous les Pays sont liés l’un à l’autre et si un’ Etat s’effondre, les autres aussi en souffrent les conséquences. Pour cette raison on doit être solidaires, en ce moment plus que jamais.

Seulement si tout le monde reste uni et respecte les ordonnances des gouvernements, on pourra vaincre le virus, même si le confinement n’est pas facile. En fait des études ont confirmé que le contexte épidémique est une source de stress. L'isolement, auquel le public est rarement préparé, peut avoir des effets psychologiques très sérieux. C’est la première fois dans l'histoire de l'humanité, qu’une quarantaine aussi stricte et vaste a été mise en œuvre. Mais ça est le seul moyen pour réussir à sortir de cette terrible situation, et si on reste uni tout sera plus facile.


Nicole Froli, 5CL

0 visualizzazioni
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now